Blasket islands

Great Blasket Island

Great Blasket Island, perdue au large de la péninsule de Dingle dans le comté de Kerry, fait partie d’un archipel composé de six îles. Et comme son nom l’indique, c’est la plus grande. Pour y arriver, le seul moyen est le bateau. Depuis Dingle, vous y accédez après une heure de navigation sur une eau d’un bleu profond.

Contexte

Lorsque je découvre cette île, je me l’imaginais différemment comme habitée par quelques autochtones. Je pensais voir des édifices ou des paysages insolites. Nenni ! Finalement il n’y avait rien sinon de grandes prairies herbeuses avec quelques animaux en train de paître. Les seuls bâtiments restants étaient les petites maisons d’un village abandonné complètement délabrées voire détruites. Quant à l’île, le tour nécessite un peu de marche mais à perte de vue, il n’y a que l’océan et de grasses prairies. J’avais sous-estimé le temps consacré à cette visite. La durée de la traversée, les deux ou trois heures passées et le retour ont eu raison de ce que je voulais voir. La journée était largement entamée et notre hôtel assez loin. Initialement j’avais prévu de m’enfoncer dans la presqu’île de Dingle. Et pour couronner le tout, la conduite à droite déroute quelque peu et ne facilite pas la vélocité. 🙂

Le contexte présenté, il faut reconnaître que quand vous êtes sur l’île et que vous vous êtes fait à l’idée et que vous n’avez pas le choix, cette promenade est finalement bucolique. La lande est bien verte et la vue sur la mer et les falaises sont divines. Si vous êtes munis d’une paire de jumelles, vous apercevrez probablement des phoques lézarder sur les rochers. Quant aux autochtones ce sont les moutons les ânes et les lapins qui ont investi les lieux et sont les uniques habitants aujourd’hui.

Si on remonte un peu dans le passé, les îles Blasket étaient habitées. Les habitants vivaient de l’élevage et de la pêche. La vie y était très dure et sans commodité. Ils furent un terrain d’études pour les anthropologues. La plus grande des îles, Great Blasket, fut habitée de 1847 à 1953, date à laquelle le gouvernement irlandais décida d’interdire l’occupation permanente. Le seul vestige qui reste est désormais ce village fantôme que l’on visite au gré de sa promenade.
Pour finir, au retour, nous tombons sur le dauphin Fungie qui nous accompagne et joue avec le bateau jusqu’à notre arrivée au port.

Le Kerry
Irland cimetery
Voyage en Irlande

3 Comments

  1. vanadze17 dit :

    Sauvage et superbe à la fois ! C’était une bonne idée d’y être allé. Bon courage pour le confinement 🌞

  2. yoshimiparis dit :

    Bonjour Patrick
    L’Irlande me parle déjà beaucoup … mais j’adore cette lumière bien particulière sur ces paysages extraordinaires

Leave a Reply

Copyright © 2022 . copyright patrick L. Photography, All rights reserved
%d blogueurs aiment cette page :