Slide Left Slide Right

La maison d'Agnès V.

Sur les traces d’Agnès V.

Nous sommes allés passer trois jours sur l’île de Noirmoutier la semaine à cheval sur septembre-octobre. L’objectif principal était de prendre un bon bol d’air mais avec en arrière plan une idée d’aller sur les traces d’Agnès V. ; V pour Varda. Jacques Demy son compagnon y possédait une maison. Il lui fait découvrir l’île dans les années 60. Elle y revient souvent et c’est pour elle une source d’inspiration. Je vous invite à regarder cette vidéo qui vous en racontera plus et beaucoup mieux que moi sur la vie d’Agnès. Les plages d’Agnès sont pour elle une source d’inspiration. Elle y photographie, joue avec la lumière et les miroirs et y tourne des films et des reportages. Mais plus qu’un blabla, la vidéo d’Arte ci-dessus dans le lien vous montrera toute la poésie de son univers. Sur les traces d’Agnès V. sont une ode à la réflexion, à la promenade et à se vider l’esprit des tracas quotidiens…Ci-dessous quelques images de sa maison ou plutôt de son moulin et

Continue Reading...
octobre 20th, 2020
Le Vieil à Noirmoutier

Le village du Vieil à Noirmoutier

Noirmoutier en arrière saison, c’est le top ! Les touristes sont partis ou presque. Conséquence de quoi, vous pouvez circuler en toute tranquillité.Le village du Vieil à Noirmoutier a gardé un charme simple avec ses rues étroites. Il se parcourt à vélo ou à pieds ce qui est encore mieux. Au bout, il y a la plage. Ses maisons blanches aux volets bleus peuvent rappeler l’île de Ré. En saison, les roses trémières viennent ajouter une touche colorée. Fin septembre, le temps est plus changeant mais il vous permet de vous promener en toute quiétude sans avoir à pester contre la foule et les cris. L’air marin vient vous titiller les narines et vous permet de respirer un sacré bon bol d’air. Ce qui ne fait pas de mal quand on vient de la région parisienne. Je vous laisse avec ces quelques photos même s’il manque l’air et les odeurs de l’iode. Un téléportage pour quelques instants dans le village du Vieil à Noirmoutier devrait vous donner quelques idées de

Continue Reading...
octobre 11th, 2020

Plages des Dames et de l’Anse Rouge

Semaine dernière une petite semaine tout d’abord à Noirmoutier en Île avant d’aller un peu plus loin en Bretagne au Ria d’Etel. Le soleil nous a accompagné. Vous pouvez aller voir aussi :L’estacade et la plage des damesNoirmoutier en île et ses marais salants Pour en savoir plus sur l’île, c’est par ici

Continue Reading...
octobre 4th, 2020
Jardin du petit bordeaux

Jardin du petit Bordeaux

Près de la ville du Le Mans, je vous invite à découvrir un jardin en pleine forêt, c’est Jardin du petit Bordeaux.

Continue Reading...
août 23rd, 2020
Pêcheries de Saint Simeux

Pêche à l’anguille de Saint Simeux

Ce petit village perché sur un coteau domine la Charente. Il se trouve à quelques kilomètres d’Angoulême et offre un beau point de vue sur la vallée. Nous sommes aux portes du cognaçais, région viticole connue pour son cognac et le pineau des Charentes. En soi, le village ne paie pas de mine mais il a une particularité relative à la pêche à l’anguille. En effet, la pêche à l’anguille d’avalaison était une spécialité. Cette pêche s’appelait alors “essac”. Nous pouvons aussi trouver le terme d’anguillard. Il serait d’origine indo-européen et découlerait de esok. Avec l’évolution, il serait devenu esako dans les langues celtiques médiévales pour finir par essac en gaulois. Le terme initial indiquait un poisson capable de remonter la rivière. Ces pêcheries étaient construites sur une digue. Il faut remonter au XIV ème siècle pour trouver des traces et plus particulièrement en l’an 1331 où Geoffroy de Vaux a arrenté les moulins avec essacs. La pêche à l’anguille d’avalaison est désormais interdite. Si pour elles, la vie est

Continue Reading...
août 19th, 2020

Jules Michelet et sa retraite au château de Vascœuil

Samedi 25 juillet fût notre deuxième vraie sortie. La première étant celle de la visite de l’arboretum du parc des Bruyères ici. C’est l’occasion de découvrir la vie de Jules Michelet et de sa retraite au château de Vascoeuil. Nous sommes dans le fin fond de l’Eure pas très loin de Lyons-La-Forêt. Le temps est maussade, la température correcte mais sans plus. Nous revisitons rapidement le village de Lyons avant d’aller visiter le château. Jules Michelet découvre cette demeure en 1841 par l’intermédiaire de son futur gendre Alfred Dumesnil. Il s’y installe et campe son cabinet de travail en haut de la tour octogonale. Il y réalise la plupart de ses œuvres sur l’histoire de France et de la Révolution française. Son séjour s’étendra de 1841 à 1861. Dans une annexe, un musée lui est consacré. Cependant compte tenu de la Covid, nous n’avons pas pu visiter son bureau qui, semble-t-il, est reconstitué à l’identique. A noter que j’ai mis en C majuscule à Covid comme il se doit même

Continue Reading...
août 10th, 2020

Découverte de l’arboretum des Grandes Bruyères

Au cœur de la forêt domaniale d’Orléans, se trouve un espace façonné par l’homme. Ici plusieurs dizaines d’espèces d’arbres, fleurs et végétaux s’y côtoient avec harmonie. Consécration En 1991, l’arboretum ouvre au public mais il faudra attendre 2004 pour qu’il soit consacrer jardin remarquable. Le chêne quant à lui est classé arbre remarquable en 2017. Continuons… Le départ de la visite se fait par un jardin à la Française avec tonnelles, fontaines et autres statues de pierre . Ensuite vous entrez dans des espaces plus sauvages à l’anglaise. Le plus extraordinaire, c’est que vous posez les pieds sur un tapis d’un joli gazon fraîchement coupé et d’un vert soutenu. J’ai l’impression de marcher sur un tapis de velours. Entouré de bruyères aux couleurs vives et variées, je continue ma découverte. Au bout de cette première déambulation, j’arrive sur un chêne d’un âge plus que respectable qui, à lui seul, couvre une bonne superficie. Plus loin, je tombe sur un jardin zen avec son petit plan d’eau. Les érables du Japon

Continue Reading...
juillet 14th, 2020

Regarder, sentir, écouter…

Je ne sais pas pour vous mais suite au “déconfinement”, je suis retourné essentiellement dans la nature loin de la cohue de la ville. Après cette vie mise en pause, j’ai éprouvé un vif désir de redécouvrir sous un oeil nouveau la nature pour mieux la regarder, l’écouter et la sentir. J’y ai vu une complexité où on décèle la richesse de la flore et de la faune. Tout semble y vivre en harmonie même si la réalité est plus subtile. Je me suis attardé à regarder la luxuriance et la diversité des plantes, des arbres mais aussi celle des bruits et des senteurs. Je n’avais pas prêté, sinon peu, attention à ces choses aussi intensément qu’aujourd’hui. Je ne sais pas si c’est une prise de conscience que la vie peut tenir qu’à un fil mais ces sorties ont éveillé en moi des sens que j’utilisais avec parcimonie. Bizarrement ils ont pris une autre dimension. Il me semble qu’ils sont un peu plus aiguisés mais en tout cas un changement

Continue Reading...
juin 21st, 2020
Credits © 2020 . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes