L’abbaye de Mortemer,

L’abbaye de Mortemer se situe au cœur de la forêt pas très loin de Lyons-la-Forêt dans le département de l’Eure. A à peine deux heures de Paris, vous pouvez découvrir le village et l’abbaye. Une promenade dans la forêt domaniale qui enserre cette dernière, vous fera découvrir une des plus vieilles hêtraies de France.

Petit rappel historique

Une communauté s’installe à l’emplacement de l’abbaye en 1134. Elles est alors issue du monastère de Beaumont-le-Perreux fondé par Robert de Candos et l’aide de l’Abbé du Pin. Henri 1er Beaucler, dernier fils de Guillaume Le Conquérant Duc de Normandie et roi d’Angleterre, la fait construire en 1134. En 1137, l’archevêque de Rouen la fait affilier à l’ordre de Cîteaux et dépendante de l’abbaye d’Ourscamp. C’est une première en Normandie.
De 1134 jusqu’en 1200, l’abbaye va devenir importante de part la construction de différents bâtiments comme l’église, la maison des convers, le dortoir ou encore l’infirmerie et le réfectoire. L’impératrice Mathilde fera construire deux hôtellerie tandis que Geoffroy de la Chaussée alors abbé construira le mur d’enceinte.
Elle connaît son apogée au XIIIème siècle par les chartes qui décrivent ses acquisitions et autres dons. Elles possède alors des maisons à Paris et à Rouen. L’abbé Guillaume d’Autun la représente au concile de Constance en 1412.
Elle se trouve sur un marécage d’où son nom « Mer-morte ». Le pigeonnier et l’étang leur permettent de subvenir à leurs besoins. Ainsi les moines y vivent en totale autarcie.
Mais avec le temps l’ordre s’essouffle et en 1543 l’abbaye tombe dans une certaine léthargie qui lui fait perdre de son importance et de sa raison d’être. La guerre de la Ligue et la mauvaise gestion du domaine par les abbés conduisent le parlement de Normandie à reprendre les rênes pour entamer les travaux nécessaires. Malgré tout, ce ne sera pas suffisant et beaucoup de structures s’effondrent ainsi que les murs d’enceintes. En 1770, il ne reste que quelques moines. La Révolution arrêtera définitivement son prestige et assassinera les derniers moines.
Malgré la destruction assez massive des bâtiments, un édifice central sera reconstruit à la fin du XVIIIème.

Et aujourd’hui

Après la vente de l’abbaye en 1808, le propriétaire exploite les pierres pour en faire une carrière. Il faudra attendre 1985 pour qu’une association la rachète et lui redonne une nouvelle existence mais plus modeste.
Désormais, le bâtiment central est devenu un musée. Vous pourrez ainsi découvrir dans les sous-sols un riche passé à travers des jeux de lumières et d’accompagnements sonores.

Pour plus d’informations sur l’abbaye de Mortemer, c’est par ici

One Comment

  1. […] ne pas prendre le chemin de retour tout de suite, nous allons à deux ou trois kilomètres visiter l’abbaye de Mortemer qui fera l’objet d’un autre […]

Leave a Reply

Copyright © 2022 . copyright patrick L. Photography, All rights reserved
%d blogueurs aiment cette page :